5 idées reçues sur les SCPI

Les SCPI (Sociétés Civiles de Placements dans l’Immobilier) disposent de beaucoup d’atouts. Leur fonctionnement n’est pourtant pas toujours bien connu. Décryptage.

Les SCPI (Sociétés civiles de placement dans l’immobilier) sont des placements collectifs qui permettent à des particuliers d’investir, indirectement, dans l’immobilier professionnel (murs de boutiques, bureaux, hôtels…). Simples d’accès et rentables, elles séduisent de plus en plus d’épargnants. Mais elles pâtissent aussi de pas mal d’idées reçues. Revue de détail. 

Idée reçue n° 1 : les SCPI sont des placements très risqués

FAUX. Les SCPI sont sujettes au risque lié à la détention d’immobilier locatif. Mais comme leur parc est diversifié, il est moindre, car mutualisé sur plusieurs biens. Les SCPI sont donc largement moins risquées qu’un investissement traditionnel dans la pierre. 

LIRE AUSSI >> SCPI : le placement idéal pour se constituer un complément de revenus lors de sa retraite

Idée reçue n° 2 : les SCPI sont un investissement dédié au court terme

FAUX. L’achat de parts se conçoit pour du long terme, a minima plus de huit ans. Comme les frais sont élevés à la souscription (de 8 à 12%), investir sur une longue période permet de les amortir. Les SCPI de rendement distribuent des revenus complémentaires réguliers, ce qui en fait un placement idéal pour la retraite. 

LIRE AUSSI >> Placements : Investir autrement dans l’immobilier

Idée reçue n° 3 : on ne peut pas acheter de SCPI sans apport

FAUX. Les parts de SCPI peuvent être achetées au comptant ou à crédit. A condition de trouver une banque qui vous prête les fonds, vous pouvez donc vous constituer un patrimoine sans avoir le moindre apport. L’achat à crédit permet aussi de minorer votre taxation, grâce à la déductibilité des intérêts d’emprunt des revenus fonciers. 

LIRE AUSSI >> Ce qu’il faut savoir sur les SCPI

Idée reçue n° 4 : les SCPI bénéficient d’un avantage fiscal

VRAI ET FAUX. Il existe deux catégories de SCPI, les plus connues, dites « de rendement », investissent dans l’immobilier professionnel sans bénéficier d’aucun avantage fiscal. Les autres, appelées « fiscales », sont adossées à des dispositifs fiscaux (Malraux, déficit foncier, Pinel…) et investissent dans l’immobilier résidentiel. Elles répondent aux conditions de chaque dispositif (durée d’investissement, loyers plafonnés, choix du locataire…) et font bénéficier leurs porteurs de parts du même avantage fiscal que s’ils investissaient en direct. Mais attention, leur rendement est quasiment deux fois moins élevé que celui des autres SCPI.  

LIRE AUSSI >> Les SCPI séduisent un nombre croissant d’épargnants. Mais quel sont les raisons de leur succès ?

Idée reçue n° 5 : les SCPI n’investissent qu’en région parisienne

FAUX. Si cela était le cas pour la majorité des SCPI dans les années 1990, ce n’est plus du tout vrai aujourd’hui. La plupart des SCPI répartissent leur capital en choisissant des biens sur le marché francilien, dans les grandes métropoles régionales ou à l’étranger. La seule spécialisation qui existe concerne la typologie d’actifs : certaines SCPI n’investissent que dans les bureaux,d’autres exclusivement dans les commerces, les autres achètent les deux avec en plus d’autres actifs (hôtels, parking, centre de soins…). 

https://financieredesregions.fr/

contact@financieredesregions.fr // 01 85 15 20 82

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.